histoire de la princesse cendrillon
27-05-2020

L'Histoire de la Princesse Cendrillon

6 minutes de lecture

Il était une fois,

dans un pays lointain, une jeune fille d'une grande beauté que l'on appelait Cendrillon. La mère de Cendrillon avait disparue depuis bien longtemps et son père avait dû élever la petite tout seul. Quelques années plus tard, son père décida de se remarier, et la vie de cendrillon fut brusquement bouleversée... 

La nouvelle épouse de son père s'installa dans la maison avec ses deux filles. Depuis le premier instant de leur rencontre, la belle-mère ne supportait pas la vue de Cendrillon. Ses deux filles et elle étaient extrêmement jalouses de la beauté et de la bonté de la jeune fille. Les deux sœurs étaient non seulement bien moins jolies que Cendrillon, mais elles étaient surtout grossières et mal élevées. Un jour, le père de Cendrillon dû quitter la maison et entreprendre un long voyage pour son travail. La vie de Cendrillon devint alors un enfer au milieu de sa belle-mère et de ses vilaines filles. 

belle mère cendrillon histoire

 

Tandis qu’elle se promenait dans le jardin, accompagnée de ses chers amis les oiseaux, elle vit s’approcher sa marâtre.  "À partir d’aujourd’hui, tu iras t’installer dans le grenier et tu t’occuperas du ménage dans la maison. Et puis, je ne veux plus te voir traîner dans ces vêtements, ils sont trop bien pour toi."

Cendrillon ne savait pas quoi répondre et, impuissante, n’eût d’autres choix que d’obéir à la terrible femme. Elle rassembla ses affaires et monta s’installer dans le grenier. À partir de ce jour, Cendrillon dû s’occuper toute seule de toutes les tâches de la maison. Elle avait beau être épuisée, ni sa belle-mère ni les deux sœurs n’avaient pitié d’elle, lui demandant toujours plus de travail. Cendrillon n’avait pour amis que les souris et les oiseaux qui venaient la voir à sa fenêtre. Quand elle avait trop froid la nuit, elle descendait discrètement se réchauffer auprès des cendres chaudes de la cheminée.  

Ainsi les jours passèrent, jusqu’à ce qu’une annonce exceptionnelle soit faite dans tout le Royaume. Le prince donnait un grand bal au château. Toutes les jeunes filles à marier du Royaume étaient conviées par sa Majesté à participer au bal. Quand elles entendirent cette annonce, les deux vilaines sœurs se précipitèrent chez elles pour avertir leur mère. La marâtre leur ordonne d’être les plus belles filles du bal, afin que le prince choisisse l’une d’entre elles et que les trois mauvaises puissent s’installer et vivre au palais. Elle les emmène alors faire des emplettes pour trouver des robes et des souliers dignes de cette occasion. Cendrillon, qui avait entendu toute la conversation, les regardait quitter la maison tristement. Les préparatifs durèrent quelques jours, les sœurs avaient acheté des tenues magnifiques. Chaque jour elles s’admiraient dans le miroir, en se disant qu’elles seraient les plus belles filles du bal.  

 soeur de cendrillon et belle mère

Enfin, le grand jour arriva. Les deux sœurs se levèrent plus tôt que d’habitude et appelèrent Cendrillon. Toute la journée, la jeune fille aida les sœurs à se préparer, se faisant disputer au moindre faux mouvement. À la fin de la journée, les deux sœurs étaient fin prêtes pour aller au bal. Cendrillon rassembla tout son courage et demanda à sa belle-mère si elle pouvait participer au bal elle aussi, précisant que toutes les jeunes filles à marier étaient conviées à cette occasion, et qu’elle en faisait partie. Les trois femmes partirent dans un éclat de rire moqueur, lui répondant que le prince cherchait une fiancée et pas une servante. Elles refusent que Cendrillon les accompagne, et lui confient des tâches à terminer avant qu’elle ne puisse aller se coucher.  

La marâtre et ses filles se mirent en route pour le palais. Restée seule à la maison, Cendrillon ne put retenir ses larmes plus longtemps, se demandant pourquoi elle ne peut pas aller au château et pourquoi ses parents ne sont-ils pas là pour la défendre. À cet instant, la jeune fille remarqua une lueur étincelante. Elle ne savait pas d’où venait cette lumière. Elle la regarda fixement, et vit apparaître une fée.  

cendrillon triste dessin

- Allons, ma belle Cendrillon, ne pleure pas. Toi aussi tu vas aller au bal du palais 

Cendrillon n’en croyait pas ses yeux et, sous le choc, demanda comment elle allait faire, elle qui n’avait pas de tenue de bal. La fée lui répondit de ne pas s’inquiéter et de lui faire confiance, car elle était là pour l’aider. Elle demanda à Cendrillon de lui apporter une grosse citrouille du jardin, et sept belles souris. Cendrillon ne comprenait pas pourquoi la fée lui faisait une telle demande, mais décida de lui obéir. D’abord, elle alla chercher une grosse et belle citrouille. Puis, elle monta au grenier chercher ses amis les souris, qui redescendirent avec elle.  

Avec sa baguette magique, la fée transforma la citrouille en un magnifique carrosse. Puis, elle se tourna vers les souris. Elle changea l’une d’entre elles en cochet, et les six autres en six superbes chevaux blancs. Cendrillon contempla le carrosse et son attelage avec stupéfaction. Enfin, la fée se dirigea vers elle, l’effleura de sa baguette magique, et aussitôt les haillons de la jeune fille se changèrent en une magnifique robe de bal. Ses vieilles pantoufles étaient devenues de ravissants souliers de verre. Aucun doute, Cendrillon avait l’air d’une princesse maintenant, il était temps d’aller au bal. Mais la fée la prévient : aux douze coups de minuit elle devra être rentrée, car à cet instant tout redeviendra comme c’était avant.  

transformation de cendrillon en princesse

Cendrillon écouta attentivement la bonne fée, puis monta dans le carrosse et se mit en route, direction le palais royal. Le splendide attelage s’arrêta juste devant le château. Quand Cendrillon franchit les grandes portes de la salle de bal, tous les regards se tournèrent vers elle. Elle était si belle, et si élégante, que même la marâtre et ses filles ne pouvaient détacher les yeux de cette beauté. Bien sûr, elles ne pouvaient pas la reconnaître.  

Soudain, le prince apparu en haut des marches. Au milieu de toutes les jeunes filles venues assister au bal, il ne vit que Cendrillon. À peine eut-il posé son regard sur elle, il en tomba aussitôt amoureux. Sous les yeux de l’assemblée, il descendit l’escalier et se dirigea lentement vers elle. Il l’invita à danser. Cendrillon acquiesça poliment, et les deux tourtereaux se mirent à danser sous le regard fasciné de tous les invités. La jeune fille était si captivée par la musique et la danse qu’elle avait l’impression qu’elle et le prince étaient seuls dans la salle de bal. Ils dansèrent toute la soirée sans s’arrêter. Elle ne voyait plus les heures passer, et quand elle posa par hasard ses yeux sur la grande horloge, elle s’aperçut qu’il était bientôt minuit. À cet instant, elle se rappela de la mise en garde de la fée.  

bal de cendrillon avec le prince

Prise de panique, Cendrillon s’enfuit brusquement de la salle en abandonnant le prince. Alors qu’elle descendait les marches du palais, elle perdit l’un de ses souliers. Elle n’avait plus le temps de le ramasser. Tandis qu’elle continuait de courir, l’horloge sonna le dernier coup de minuit, et tout redevint brusquement comme avant. En sortant pour la chercher, le prince trouva le soulier perdu sur les marches. Il ordonna que l’on fasse essayer cette pantoufle de verre à toutes les jeunes filles du royaume pour retrouver sa bien-aimée.  

Hors d’haleine, Cendrillon arriva chez elle et se réfugia au grenier, où elle repensa à cette merveilleuse soirée avec le prince. Elle se dit qu’elle n’avait aucune chance de l’épouser, mais qu’elle en était tombée amoureuse. Il était presque impossible pour le prince de la retrouver, et même s’il y parvenait, il ne la reconnaîtrait sûrement pas.  

Les hommes du prince allèrent frapper à la porte de chaque maison du royaume, pour retrouver la jeune fille à qui appartenait la chaussure. Mais le soulier n’allait à aucune d’entre elles. Enfin, les hommes arrivèrent à la maison de Cendrillon. En voyant le carrosse s’arrêter devant la maison, Cendrillon fut folle de joie. Mais alors qu’elle s’apprêtait à sortir de sa chambre, sa belle-mère apparût sur le seuil. Avec un rire sarcastique, la marâtre enferma Cendrillon dans le grenier, malgré les supplications de la jeune fille.  

cendrillon enfermée sans sa chambre

Les hommes firent d’abord essayer la chaussure à l’aînée des deux sœurs, mais elle avait le pied trop long. Puis ils firent essayer la chaussure à la cadette, mais elle avait le pied trop gros. Pendant ce temps, Cendrillon essayait par tous les moyens de s’échapper de sa chambre, mais la fenêtre était trop haute. La pauvre jeune fille fondit en larmes. La voyant pleurer, ses amis les souris s’approchèrent d’elle. Cendrillon expliqua à ses amis qu’il fallait prendre la clé à sa belle-mère.

L’une d’entre elles se glissa sous la porte et s’élança dans l’escalier. La marâtre était en train de raccompagner les hommes du prince qui s’en allaient. La souris sauta sur la jupe de la belle-mère, se faufila dans sa poche pour y dérober la clé, et regagna le grenier à toute vitesse. Puis elle glissa la clé sous la porte. Folle de joie, Cendrillon ramassa la clé pour ouvrir la porte et dévalait les escaliers. Elle rattrapa in extremis les hommes du prince, et demandà essayer la chaussure. Quand la jeune fille glissa son pied dans la pantoufle de verre, tout le monde fut stupéfait de voir qu’elle lui allait parfaitement.

famille de cendrillon

Les gardes accompagnèrent Cendrillon jusqu’au palais, puis la conduisirent jusqu’au prince. Dès qu’il croisa son regard, le prince reconnu la jeune fille avec qui il avait dansé.  

- Vous voilà enfin ma princesse. Voulez-vous m’épouser ?  

Avec des larmes de joie, Cendrillon accepta sa proposition. Ils se marièrent et vécurent heureux pour toujours.  


Laisser un commentaire

Soyez au courant